Il faut sauver la Maison Corneille !

Home/Brèves/Il faut sauver la Maison Corneille !

Il faut sauver la Maison Corneille !

Située aux portes de Paris, à Villiers Adam, la maison-atelier qui abrita le célèbre artiste est en passe d’être vendue à un particulier.

Natif de Liège fils de parents hollandais, Guillaume van Beverloo, dit Corneille (1922-2010), est l’un des cofondateurs parmi les plus illustres et les plus féconds du groupe COBRA (nom composé des premières lettres de Copenhague, Bruxelles et Amsterdam).

Constant Nieuwenhuys, dit Constant, Asger Jorn, Karel Appel et Pierre Alechinsky étaient avec Corneille les membres les plus illustres de ce mouvement majeur né dans l’élan libérateur qui succéda au chaos de la Seconde Guerre mondiale. Ceux-là ne cessèrent de formuler plastiquement le lien entre abstraction et figuration, créant avec les moyens plastiques de la peinture un langage désormais identifié comme la manifestation la plus intense, voire la plus convulsive de l’expressionnisme abstrait. Chacun sait l’influence du groupe Cobra sur l’art informel, l’Action Painting américain et les courants diverses de l’abstraction internationale. Dans une explosion chromatique indicible, ces artistes faisaient naître soudain des propositions esthétiques radicales, en écho au Fauvisme qui, à l’instar de Derain, affirmait qu’il utilisait la couleur comme des « cartouches de dynamite ».  Dans ce contexte de bouleversement esthétique sans précédent, Corneille occupe une place de choix. Aventurier de la première heure, chercheur infatigable, il engage son art dans des architectures labyrinthiques parcellaires et parfaitement maîtrisées, établissant à travers ses paysages rudimentaires comme dans son bestiaire où l’oiseau et le chat occupent une place de choix, le lien organique unissant abstraction et figuration, objet de toutes les recherches du groupe Cobra. L’artiste passa les vingt dernières années de sa vie à Villiers Adam, dans une débauche créatrice hors norme, ultime période où les teintes les plus subtiles et les plus rutilantes parachevaient un univers visuel d’une intensité plastique et poétique inouïe.

Universellement reconnue, présente dans les plus prestigieuses collections privées et muséales du monde entier, l’œuvre de Corneille atteint une portée universelle, appréciée par les hommes de toutes confessions et de toutes cultures.

C’est dire l’urgence à se mobiliser pour sauvegarder la maison-atelier de l’artiste !

Convaincus par la nécessité d’en faire un lieu de mémoire mais également un lieu « vivant » à même de valoriser l’œuvre de l’artiste en développant une série de manifestations et d’animations rayonnant bien au-delà du département, la municipalité de Villers Adam soutient toutes les actions permettant la conservation du site. A son tour, la communauté artistique, avec le concours de la Maison des Artistes, doit tout faire pour éviter la disparition d’un patrimoine artistique irremplaçable. Avant qu’il ne soit trop tard, toutes les initiatives publiques et privées pouvant éviter le pire sont les bienvenues :

Il faut sauver la Maison Corneille !

2013-03-04T14:26:33+00:00