Programme culturel du 25 au 28 octobre

Jeudi 25 octobre 

14h-15h : « Développer sa carrière artistique : les bons outils » 

Delphine Toutain, fondatrice de l’agence TADA (Tools for Artists – Development and Administration) spécialisée dans la gestion administrative et le développement professionnel des artistes plasticiens, évoquera la professionnalisation de l’artiste. Elle présentera son livre dédié à ce thème, composé de 500 outils pour accompagner l’artiste tout au long des étapes clés de sa carrière.

16h-17h : « Droit d’auteur et réseaux sociaux » : intervention assurée par Sylvie Dumas, responsable du service Droits Multimédias à l’ADAGP.

Sylvie Dumas présentera les grands principes du droit d’auteur et leur gestion par l’ADAGP (perception et répartition des droits d’auteur et défense du droit d’auteur à l’international). Sera ensuite plus particulièrement abordée la gestion des droits sur les réseaux sociaux. L’intervention sera suivie d’un temps d’échange avec le public. L’ADAGP remettra à cette occasion, des prix à six artistes dans les sections suivantes : livre d’artistes, gravure, sculpture et peinture, photographie, art digital.

18h-19h : « L’art de la juste exagération » par Jean Mulatier

L’accentuation et l’exagération constituent le dénominateur commun de tous les modes d’expressions artistiques, quelle que soit l’époque ou l’origine géographique, depuis les fresques des premiers hommes jusqu’aux pinceaux et palettes du peintre du XXIème
siècle que sont les curseurs de l’art digital. Tout art est accentuation – à différents degrés- des caractéristiques essentielles d’un sujet, pour mieux en exprimer la beauté et/ou la vérité. Ce procédé que l’on pense réserver au seul dessin d’humour et à la caricature, se retrouve dans tous les modes d’expression. Et cette juste exagération en devient elle-même un art… à condition de savoir la modérer : l’art de mesurer sa démesure. Tout art est art d’oser et de doser.
Jean Mulatier exposera l’une de ses plus célèbres caricatures au Salon d’Automne.

Vendredi 26 octobre 

14h-15h« Derain sous l’angle affectif » : La vie du peintre vue par un proche. Conférence animée par Geneviève Taillade, petite-nièce du peintre et Michel Charzat, historien de l’art et biographe officiel d’André Derain. 

Geneviève Taillade évoquera les relations avec André Derain, son grand-oncle. Elle reviendra, avec Michel Charzat, sur la biographie du peintre à travers les différents lieux qu’il a habités et qu’elle a connus, remémorera des anecdotes …

16h-17h : Pastel, un film documentaire réalisé par Salomé Méchin

Pastel a été réalisé avec la volonté de faire redécouvrir l’art du pastel au travers d’un documentaire qui retrace les différentes étapes de la vie d’une œuvre, de la fabrication du pastel à la restauration des pastels. Le film s’intéresse d’abord à l’histoire du pastel du XVIIIe avec Dominique d’Arnoult, docteure en histoire de l’art pour découvrir ensuite les secrets de fabrication des bâtonnets dans les ateliers de l’artisan Murielle Léger. Le spectateur est ensuite invité à pénétrer dans l’atelier d’un artiste contemporain pastelliste, Thierry Citron en vue d’appréhender les différents usages et techniques du pastel. Enfin, le film donne à voir les techniques de restauration de ce médium si fragile dans l’atelier de restauration d’arts graphiques de Valérie Luquet.
Salomé Méchin se spécialise dans l’expertise du dessin ancien et dans la restauration d’œuvres d’art, après des études d’histoire de l’art et d’archéologie.

18h-19hConférence sur l’œuvre de François Cheng : Le trait du souffle

La conférence invitera à découvrir les caractéristiques de la calligraphie de François Cheng : une pratique corporelle et spirituelle, émanant et communiquant avec les énergies du ciel et de la terre. L’homme qui tient le pinceau démontre la vérité existentielle. « François Cheng avait des problèmes de santé dans les années quatrevingt-dix. Il lui était difficile de tenir un stylo pour écrire ses poèmes et ses romans.
L’idée de calligraphier avec le pinceau sur le papier de riz lui est venue après une rupture de presque cinquante ans dont les dernières pratiques remontaient à son enfance. L’exercice du trait qui exige de tenir le souffle et de respirer au rythme de l’univers lui a permis de retrouver progressivement la santé. »
Conférence donnée par Joseph Cui Baozhong, commissaire d’exposition, critique d’art, spécialiste des artistes chinois en France au 20ème siècle. Fondateur de l’association VIA Paris, élève de François Cheng

20h-22hConcert de salsa 

Los Guajiros est un groupe de salsa parisien issu de l’atelier de Franklin Lozada. Leur répertoire est constitué de salsa dura, en passant par le merengue, le boléro, la guajira ou encore par le paso doble, en incluant des compositions originales.

Los Guajiros reviennent d’un voyage d’échange culturel au Vénézuéla, où ils ont pu à la fois perfectionner leur propre répertoire, améliorer leur technique grâce à des intervenants comme Pibo Marquez et découvrir la musique traditionnelle vénézuélienne avec Gustavo Ovalles.
Direction : Franklin Lozada est installé en France depuis 1987. Ce musicien et compositeur vénézuélien multi-instrumentiste a déjà joué entre autres avec Alexis Cárdenas, Orlando Poleo, María Teresa Chacín, les Gipsy Kings, Pibo Márquez, Africand.

Samedi 27 octobre

15h-15h30 : Gravure et musique, la transcription

« Graver d’après… » Communication de Claude-Jean Darmon sur l’estampe d’interprétation d’hier et d’aujourd’hui. Nos graveurs transcripteurs s’expriment-ils eux-mêmes à travers leurs modèles ? Ne sont-ils que d’interchangeables fabricants de moules à images ?
A l’écran : Modèles et transcriptions. Bellmer, Bonnet, Boucher, Brueghel, Chardin, Cock, Cornelitz, Cranach le Jeune, Daumier, Deux, Dufy, Goltzius, Goya, Manet, Masson, Picasso, Raimondi, Raphaël, Reims, Velázquez, Villon, Zeimert.

15h45-16h30 : Projection du film « Diogène et le bipède sans plumes »

Ce récent film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva sur les débuts de la gravure sur bois en couleurs au XVIème siècle propose un éclairage inédit sur la plus célèbre estampe d’interprétation de Ugo da Carpi d’après Le Parmesan. Elle illustre la réponse ironique du philosophe cynique à Platon qui avait défini l’homme comme un bipède déplumé. Quatre planches superposées, chacune d’un ton de vert différent, donnent cet effet de « clair-obscur » qui caractérise la xylographie italienne polychrome à ses débuts. Processus créatif commencé quelques années auparavant, notamment avec les camaïeux allemands de Hans Baldung Grien et Lucas Cranach. Film réalisé avec le concours de Maxime Préaud, Conservateur Honoraire du Département des Estampes de la B.n.F.

17h-18h : Récital de piano donné par NIMA SARKECHIK

Carte blanche au grand pianiste Nima Sarkechik : Programme surprise.

Dimanche 28 octobre 

Carte blanche donnée à l’UNDPA

13h30-14h : Projection du court métrage The Crossing/Voyage primé au Festival International du
film de Dubaï.

14h-15h : Débat : Regards croisés avec la scénariste tunisienne du film, Imen Feijari et deux
auteures de la diaspora africaine dont Hinda Djerdi, journaliste.

Suivi d’une table ronde sur le rôle de la femme et son implication dans les
problématiques liées à l’immigration Sud-Nord.

15h-16h : Interlude musical avec le pianiste de jazz, Helmi Chemek : La musique traverse les
frontières.

16h-17h : Défilé de mode : Kizzy Magalie Normand, créatrice de KMN, présentera en exclusivité
sa nouvelle collection réalisée sur le thème de la lumière.

2018-10-01T18:43:46+00:00