Jeudi 10 octobre 

14h-15h : « Droit d’auteur et réseaux sociaux » : intervention assurée par Solenn Cariou, responsable adjointe au service multimédia et Anaïd Derebeyan, artiste et vice-présidente de l’ADAGP. » 

A l’heure où les réseaux sociaux occupent une place de plus en plus importante dans la diffusion des images, comment gérer ses oeuvres en tant qu’artiste ? Quelles sont les conséquences de l’adoption, en mars dernier, de la Directive Européenne sur les droits
d’auteur ? L’intervention sera suivie d’un temps d’échange avec le public. L’ADAGP remettra à cette occasion, des prix à six artistes dans les sections suivantes : livre d’artistes, gravure, sculpture et peinture, photographie, art digital.

16h-17h : « Développer sa carrière artistique : les bons outils »

Delphine Toutain, fondatrice de l’agence TADA (Tools for Artists – Development and Administration) spécialisée dans la gestion administrative et le développement professionnel des artistes plasticiens, évoquera la professionnalisation de l’artiste. Elle présentera les différents outils de l’agence pour simplifier le quotidien administratif de l’artiste ainsi que le livre qu’elle a co-écrit dédié à ce thème, composé de 500 outils pour accompagner l’artiste tout au long des étapes clés de sa carrière.

18h-19h :  « La transversalité dans les arts »  par Sarah Mostrel

De tout temps, des passerelles ont existé entre l’art et la science, le scientifique et le chercheur recherchant à repousser les frontières de notre connaissance et à rendre visible l’invisible. Leurs résultats ne manquent pas de puissance poétique. Leonard de Vinci, Michel-Ange firent en leur temps les gros titres, de par leur immense talent et pluridisciplinarité. Aujourd’hui encore, le dialogue entre les arts nous enrichit. Et le lien entre l’écrit, la poésie, les arts visuels en général et l’intellect dénote une quête semblable. C’est ce que nous montrera l’auteure-interprète, avec des lectures de ses textes poétiques (qui ont été illustrés de ses photos et peintures) et ses chansons.
Ecrivain, poète, musicienne, peintre, Sarah Mostrel a une formation d’ingénieur en électronique et est journaliste.

Vendredi 11 octobre 

14h-15h : Conférence dédiée à la question de « La valeur de la cote ? » animée par Arnaud Brument, expert en vidéo et éditeur, organisée par Drouot Formation

Parmi les informations en constante augmentation relatives au marché de l’art circulant sur internet, le processus de cotation des artistes reste pour les principaux intéressés comme pour l’amateur d’art et parfois les professionnels, auréolée d’un certain mystère.
On s’interrogera sur la pertinence et l’avenir de ces cotations dans un marché en constante évolution.

15h45-16h45 : Projection d’un film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva « L’Académie des Sciences et des Beaux-Arts »

Un éclairage inédit sur une impressionnante eau-forte de Sébastien Leclerc dédiée à Louis XIV. Cette gravure met en scène une académie idéale imaginaire réunissant tous les arts et toutes les sciences. On y dénombre 162 personnages et de multiples machines.
Présentation de Bertrand Renaudineau suivie d’une discussion sur les films « Gallix » consacrés aux grandes oeuvres de la gravure des origines à nos jours.

17h30h-19h : « Alphonse Allais : Les 1000 facettes de l’humour » par l’association Les Amis du Salon d’Automne

Alphonse Allais, philosophe à l’allure bon enfant originaire d’Honfleur, ami d’Éric Satie, compte au nombre des précurseurs des Surréalistes et de la peinture d’avant-garde en réalisant notamment ses « Monochromes » chers au peintre Yves Klein. Il est une figure extraordinaire de la pensée du 20° siècle. Ses écrits prennent le « contre-pied » de la pensée traditionnelle de son époque, que ce soit dans ses poèmes, ses romans et ses parutions dans de nombreux journaux satiriques. L’Association présentera un programme de « L’Académie Alphonse Allais », les héritiers du rire, de Sacha Guitry à Coluche, comprenant notamment la projection du film de Jean Desvilles et des oeuvres de l’artiste. La table-ronde sera suivie d’un récital-concert avec à la harpe Céline Mata et aux cordes
vocales Axier Jaillard sur le thème « ce qui fait rire, ce qui fait pleurer ».

Samedi 12 octobre

11h-12h : Les outils Adobe dans l’univers de l’Art Digital

Tour d’horizon des outils et services créatifs Adobe allant de l’idéation à la production de peinture numérique, vidéo, photos etc. en passant par la promotion des travaux en ligne.

14h-15hRencontre avec Jeannine Warnod, fille du critique d’art André Warnod, et auteur d’ouvrages sur les artistes de L’École de Paris.

Dernier témoin vivant de cette époque faste de l’histoire de l’art que fut L’École de Paris, Jeanine Warnod passa son enfance aux côtés des plus grands artistes du XXe siècle. Elle vient nous partager ses souvenirs.

15h45-16h45 : Conférence de Claude-Jean Darmon : « Les eaux-fortes méconnues de Dürer à l’aune de ses burins »

Les illustres gravures au burin de Dürer font oublier que ce créateur a ponctuellement réalisé un petit nombre d’eaux-fortes novatrices qui comptent parmi les toutes premières de l’histoire de l’estampe. D’où leur importance. C’est cet aspect rarement mis en lumière de son oeuvre qui sera principalement évoqué. A l’écran, dix artistes autour de Dürer animeront la projection : Bonasone, Bracquemond, Callot, Goya, Urs Graf, Hopfer, Mellan, Michel-Ange, Rembrandt, Suavius.

17h-18h : Récital de piano donné par NIMA SARKECHIK

Carte blanche au grand pianiste Nima Sarkechik

19h-21h : Concert de salsa

Los Guajiros est un groupe de salsa parisien issu de l’atelier de Franklin Lozada. Leur répertoire est constitué de salsa dura, en passant par le merengue, le boléro, la guajira ou encore par le paso doble, en incluant des compositions originales.
Los Guajiros reviennent d’un voyage d’échange culturel au Vénézuéla, où ils ont pu à la fois perfectionner leur propre répertoire, améliorer leur technique grâce à des intervenants comme Pibo Marquez et découvrir la musique traditionnelle vénézuélienne
avec Gustavo Ovalles.
Direction : Franklin Lozada est installé en France depuis 1987. Ce musicien et compositeur vénézuélien multi-instrumentiste a déjà joué entre autres avec Alexis Cárdenas, Orlando Poleo, María Teresa Chacín, les Gipsy Kings, Pibo Márquez, Africand.

Dimanche 13 octobre 

14h-15h : Carte blanche donnée à l’UNDPA, avec l’Association SOS Méditerannée

L’association « SOS Méditerranée » est une association indépendante de tout parti politique et de toute confession, qui se fonde sur le respect de l’homme et de sa dignité, quelle que soit sa nationalité, son origine, son appartenance sociale, religieuse, politique ou ethnique. Cette association a vocation à porter assistance à toute personne en détresse sur mer se trouvant dans le périmètre de son action, sans aucune discrimination. Les personnes concernées sont des hommes, femmes ou enfants, migrants ou réfugiés, se retrouvant en danger de mort lors de la traversée de la Méditerranée.

15h-15h30 : Projection du documentaire « MiNiYAMBA », un court métrage de Luc Perez (2012), produit par le studio 24 images

Comme des dizaines de milliers de personnes qui chaque jour dans le monde quittent leur terre natale, Abdu, un jeune malien, a décidé de gagner l’Europe. Un voyage du fleuve Niger aux barbelés de l’enclave de Ceuta, où les rêves se confrontent à la dure
réalité des migrants, avec au loin les lumières de l’Occident.

15h30-16h30 : Débat

De tout temps la question des migrations, soulève des débats passionnés qui s’articulent autour de réflexions et stratégies géopolitiques, débats vastes et complexes au regard d’artistes animés d’une passion, la création. Nous avons donc décidé de requestionner l’histoire de ces artistes exilés qui ont fait et font des grandes métropoles européennes des lieux de rencontre des idées. C’est cette richesse culturelle des peuples que nous souhaitons valoriser à travers cette exposition.

16h30-17h : Final musical 25’’ : Transmuttance : 5 musiciens d’origines et aux instruments variés se retrouvent pour un « boeuf »

Le concept TRANSMUTANCE BY MIKE SYLLA rassemble de nombreux artistes autour de la mode, la musique, la danse ainsi à travers ses créations l’artiste pluridisciplinaire ouvre un monde en pleine mutation connecté avec une vision inspirante tendance
universaliste. L’Art vivant transmute en fusion musicale des cultures du monde et des couleurs de l’Art.