Actualités

LE SALON D’AUTOMNE

Éditoriaux institutionnels 2020



ÉDITORIAL DE SYLVIANE TARSOT-GILLERY

MINISTÈRE DE LA CULTURE

Je me réjouis de la tenue de cette édition 2020, c’est un signal encourageant d’une reprise du marché de l’art dans ce contexte particulier de crise sanitaire, et la direction générale de la création artistique du ministère de la Culture soutient le Salon d’Automne depuis de nombreuses années.
Si le Salon d’Automne affiche une longévité exceptionnelle, avec la tenue de sa 117e édition, il reste soucieux de la création contemporaine et actuelle en mettant à l’honneur cette année l’art digital et le show holographique, mêlant musique électronique et graff. Nul doute que le Salon d’Automne va retrouver ses publics et s’attirer de nouveaux visiteurs avides d’expériences artistiques inédites. Cette mission de diffusion de l’art fait partie des grandes priorités du ministère de la Culture, toujours attentif à la jeune création.
Comme chaque année, les artistes étrangers vont être représentés et constituent une part importante des œuvres exposées. La scène française s’enrichit sans cesse de cette dimension internationale du Salon d’Automne, car il est inscrit dans l’ADN de ce salon si particulier depuis sa création.
Cette période est particulièrement dure pour la scène artistique.
Mais de ce contexte unique peut surgir une créativité fertile, de nouvelles voies à explorer. L’engagement du ministère de la culture reste le même, soutenir tous les artistes en mettant en œuvre tous les moyens pour montrer cette magnifique diversité à tous les publics.
Je remercie Sylvie Koechlin, la présidente du Salon d’Automne ainsi que toute son équipe pour les efforts déployés afin que cette édition 2020 soit plus que jamais un bel évènement.
Je souhaite à tous les visiteurs de très belles découvertes artistiques,

SYLVIANE TARSOT-GILLERY
Directrice générale de la création artistique
Ministère de la Culture


ÉDITORIAL DE CARINE ROLLAND

ADJOINTE À LA MAIRE DE PARIS EN CHARGE DE LA CULTURE ET DE LA VILLE DU QUART D’HEURE

En cette année 2020 si singulière, nous sommes heureux de retrouver à nouveau le Salon d’Automne pour sa 117e édition sur les Champs-Élysées. Depuis 1903, il a su s’imposer comme un événement à part, capable d’aller dénicher les artistes hors des sentiers battus. Il permet ainsi aux peintres, graveurs et photographes de côtoyer les vidéastes, architectes et sculpteurs le temps d’un week-end, pour le plus grand plaisir des visiteuses et des visiteurs. C’est grâce à ces liens si essentiels entre les disciplines, les artistes, les Parisiennes et les Parisiens, que le Salon d’Automne s’est hissé au rang des rendez-vous phares de la culture dans notre ville.
Le Salon d’Automne s’inscrit également dans une saison artistique riche, qui nous rappelle que l’art est une éternelle remise en question, une réinvention constante qui nous permet de regarder vers l’avenir. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de ces moments uniques et hors du temps pour réfléchir, rêver ou voyager.
Merci à tous les membres de la Société du Salon d’Automne qui font vivre cet événement historique et contribuent à l’ouvrir à de nouvelles pratiques artistiques et à de nouveaux publics.

CARINE ROLLAND
Adjointe à la Maire de Paris
en charge de la culture et de la ville du quart d’heure



ÉDITORIAL DE JEANNE D’HAUTESERRE

MAIRE DU 8E ARRONDISSEMENT DE PARIS

C’est un immense plaisir que d’accueillir chaque année sur les Champs-Élysées un évènement emblématique de l’agenda culturel de la capitale.

Le Salon d’Automne est à l’unisson de Paris, il réunit en un seul endroit des arts et des artistes venus du monde entier autour d’un millier d’œuvres. Son approche pluridisciplinaire en fait son identité et sa richesse et participe au nécessaire dialogue des cultures, auquel Paris est si attaché.
En cette année particulière, la Présidente Sylvie Koechlin et l’ensemble du comité du Salon d’Automne ont su relever de nombreux défis pour offrir à chacun une programmation toujours aussi novatrice.
Pour la première fois, l’art digital et la musique sont à l’honneur de ce Salon résolument dans l’air du temps.

Tous mes vœux de succès pour cette 117e édition du Salon d’Automne qui contribue une nouvelle fois au rayonnement culturel de la capitale.

JEANNE D’HAUTESERRE
Maire du 8e arrondissement de Paris



ÉDITORIAL DE ABDOULAYE DIOP

MINISTRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION DU SÉNÉGAL

Le monde culturel africain a été particulièrement créatif et résilient durant la crise du covid. Le Sénégal avec des initiatives artistiques telles que «Partcours» a vu émerger des œuvres fonctionnelles en réponse au besoin des populations telles que des masques et visières de protection et de distanciation sociale. Le secteur culturel est un véritable acteur de la société contemporaine comme le dit le ministre Abdoulaye Diop : Si l’on admet que la Culture contribue fortement par ses questionnements, ses créations, à nourrir la société, et à la faire vivre, alors il convient de la placer, comme disait le président Léopold Sédar Senghor, «au début et à la fin du Développement».

La pandémie de la covid-19 a eu des effets désastreux sur les économies. Aucun pays n’a été à l’abri des désagréments consécutifs aux mesures prises pour endiguer la propagation du virus. Le monde de la culture a fait preuve d’une résilience exceptionnelle et offre aux artistes l’occasion de jouer un rôle d’aiguillon de la société au travers de nouvelles formes d’expression artistique.
Les mesures comme l’institution de l’état d’urgence et celui du couvre-feu, ou relatives à la distanciation sociale ont provoqué le ralentissement, la suspension sinon l’arrêt des activités productrices de revenus. Cela n’a pas été sans conséquence sociale. Menacés d’étouffement par l’obligation de confinement, des acteurs d’une économie largement informelle
où la survie se fait au jour le jour ont été durement éprouvés.
Le tsunami économique aux conséquences sociales très sévères nous impose donc d’agir en prenant en considération la véritable dimension des arts et de la culture. La covid-19 nous invite à mieux explorer le champ de la créativité et à en réinventer la chaine de valeur en explorer des modes de production et de diffusion plus durables et écologiques.
C’est pourquoi je salue, en ma qualité de Ministre de la Culture et de la Communication, la pertinence de l’appel à projet « Accès Culture » lancé par l’Institut Français et l’Agence Française de Développement (AFD), ces deux institutions « amies » qui contribuent à animer et maintenir cette grande tradition de coopération culturelle multiforme avec la France. Son excellence monsieur Fodé Sylla en tant que militant culturel, ambassadeur itinérant auprès du président Macky Sall, ancien député européen et ancien président de l’association SOS Racisme en France, a eu l’audace et la générosité de réunir un collectif de professionnels des Industries Culturelles Innovantes et Créatives du Sénégal et de la France. Je salue son partenariat avec le Monument de la Renaissance africaine, un des symboles du Sénégal et haut lieu de son prestige culturel sur le continent africain et le monde.
Mesurant l’étendue de l’honneur ainsi fait au Sénégal, je salue l’initiative du Salon d’automne, l’une des institutions culturelles françaises les plus anciennes en exercice depuis 1903 qui constitue une belle tribune pour que « la jeunesse découvre, pratique et se professionnalise dans les métiers de l’art ».
Je réserve une mention spéciale pour le choix du thème de cette année se rapportant au numérique et les nouvelles perspectives qu’il engendre en cette période dans un secteur au dynamisme croissant.

ABDOULAYE DIOP
Ministre de la Culture et de la Communication du Sénégal



ÉDITORIAL DE SYLVIE KOECHLIN

PRÉSIDENTE DU SALON D’AUTOMNE

LE SALON D’AUTOMNE ET L’ESPOIR DES ARTISTES

Dans une situation environnementale particulièrement alarmante, l’année 2020 restera marquée par la tragique crise sanitaire de la Covid19, aussi inattendue qu’imprévisible, qui a mis le monde entier à l’arrêt. L’inquiétude a immédiatement été palpable parmi toutes les catégories d’artistes, dont les plasticiens, qui ont subi l’annulation ou l’ajournement de toutes les expositions et évènements culturels prévus initialement. Du fait de cette conjoncture dramatique qui a frappé si durement un grand nombre de personnes, de familles, de pays, le contrecoup s’annonce terrible pour l’ensemble de la planète. Malgré cet arrêt brutal de tous les pans de la société, nos équipes ont continué leur travail avec ardeur pour organiser la prochaine grande exposition parisienne du Salon d’Automne avec l’espoir que les choses s’améliorent le plus vite possible. Nous avons été surpris, en plein cœur de la période de confinement, du nombre d’artistes qui ont déposé
leur candidature sur notre plateforme, prouvant que la grande réunion annuelle de notre association gardait tout son sens dans ce contexte particulièrement troublé.

La société du Salon d’Automne, association à but non lucratif, reconnue d’utilité publique depuis 1920, a été créée en 1903 par des créateurs soucieux de lutter contre le conformisme étouffant et réducteur
de l’époque autour de l’architecte et homme de lettres Frantz Jourdain. Bonnard, Camoin, Cézanne, Delaunay, Gauguin, Maillol, Manguin, Marquet, Matisse, Picabia, Plumet, Rouault, Valloton, entre autres personnalités, ont organisé le premier Salon d’Automne...

Depuis son origine jusqu’à nos jours, les plus grands noms de l’art moderne international ont été accueillis en son sein, de Van Dongen, Foujita ou Kandinsky à Picasso en passant par Dali, Chu Teh Chun ou Zao Wou-Ki, Cabu en 2013 et Wolinski ainsi qu’Antonio Manfredi en 2014, Moebius en 2015, Ousmane Sow en 2016, Jacques Villeglé, Yvon Taillandier et Ambroise Monod en 2017, François Cheng et Franquin en 2018, le philosophe et sociologue Frédéric Lenoir et le plasticien Michel Kirch en 2019 dans un même esprit de rassemblement. Tous ces créateurs ont offert au public une vision multidisciplinaire, ouverte sur le monde, libre et dynamique de l’Art, sans distinction entre art majeur et art mineur. Plus de 30 000 créateurs y ont présenté leurs œuvres depuis sa création.

C’est dire la combativité qu’a acquise le Salon d’Automne au fil du temps. Ayant survécu à deux guerres mondiales et de multiples crises sociétales et financières, notre association d’artistes a su s’adapter
aux époques successives avec une énergie créatrice exceptionnelle.
Un esprit de solidarité et de fraternité y règne depuis ses origines.
C’est dans ces périodes difficiles que ces valeurs essentielles à l’équilibre de toute société humaine prouvent leur importance.

L’art venge la vie » écrit dans Ce soir on improvise le dramaturge Luigi Pirandello, né en 1867, l’année même où la grande pandémie de choléra se répand en Sicile. L’art est un vecteur de partage, partage de la sensibilité entre l’artiste et son public. Sans partage, aucune avancée n’est possible et le repli sur soi n’apporte que solitude, pauvreté et désolation. L’art est à l’âme humaine ce que l’eau est à la vie. Arrosez un jardin desséché et il refleurira, ramenant à lui biodiversité et harmonie naturelle. Voici la grande mission de l’Art, offrir le rêve de la réalité comme étant la vérité rêvée. Et « s’il n’y avait qu’une vérité, on ne pourrait pas faire cent toiles sur le même thème. » affirme avec clairvoyance Pablo Picasso. L’exposition 2020 du Salon d’Automne est une démonstration de ce que l’art peut apporter au monde.

Les œuvres de 897 artistes ont été sélectionnées, avec près de 50% de nouvelles candidatures venues de 48 nations. Architecture, peinture, sculpture, gravure, photographie, dessin, art digital, art environnemental et techniques mixtes sont représentés dans une pluridisciplinarité revendiquée. Le Salon d’Automne est heureux du soutien renouvelé du ministère de la Culture français et de la Ville de Paris.

Grâce à un amical partenariat entretenu depuis plusieurs années avec l’association Un Nouveau Départ pour l’Afrique, initiée par son Excellence l’ambassadeur itinérant du Sénégal Fodé Sylla, notre société d’artistes renforce chaque année ses liens avec les artistes d’Afrique. En 2020 une action inédite est mise en place afin de réunir des moyens pour permettre à l’avenir des échanges interculturels fructueux avec le musée du Monument de la Renaissance Africaine dirigé par Monsieur Abdoulaye Racine Senghor à Dakar.
Dans ce contexte de partage de nos valeurs éthiques pour la promotion des arts et des artistes par l’organisation d’événements en France et à l’étranger, le Salon d’Automne a l’honneur et le plaisir de recevoir Monsieur Abdoulaye Diop, ministre de la Culture et de la Communication du Sénégal, venu inaugurer l’espace Sénégal du Salon d’Automne où est exposé le plasticien Kalidou Kassé.

L’Art Digital, nouvelle section ayant fait son apparition au Salon d’Automne 2015, développée depuis avec talent et énergie par Isabelle Schmitt, est particulièrement mis en avant cette année, grâce à un collectif d’artistes invités : le Domino Full Action, sous la direction de Jérôme Abdeljalil Dorise et parrainé par le compositeur de musique électronique Guillaume Atlan.
En perpétuels mouvements, ces nouvelles technologies apportent une palette de plus à la créativité artistique qui est en soi le premier élément requis pour les choix du jury de notre société d’artistes depuis plus d’un siècle.

La diversité est une des conditions indispensables à l’équilibre dans un grand nombre de domaines. Pourtant tout équilibre est par principe fragile et doit être soigneusement protégé.
À une époque où beaucoup s’inquiètent de la menace imminente d’un basculement du monde dans une période inconnue de déséquilibre majeur, les artistes ont beaucoup à dire, à démontrer, voire à dénoncer pour révéler à tous que l’humanité a un grand avenir devant elle si elle accepte d’inscrire son destin dans une Nature respectée, célébrée, magnifiée... C’est bien dans ce sens-là que l’art peut venger la vie.

SYLVIE KOECHLIN
Sculpteur
Présidente du Salon d’Automne

...